La guerra civil española

Publié le par Fanyoun


guernica-picasso.jpgPablo Picasso, "Guernica", 1937.

Au lendemain de la 1ère guerre mondiale, l'Espagne fut secouée par de graves troubles politiques et sociaux.
 
De 1920 à 1930, la monarchie ne se maintint que grâce à la dictature du Général Primo de Rivera (1) dont le régime fut favorable à l'industrialisation, mais qui négligea totalement le problème agraire.
Après la victoire des républicains aux élections de 1931, la république fut proclamée et une constitution démocratique fut élaborée par les Cortes. Les centristes, au gouvernement en 1934, réprimèrent tous les mouvements sociaux et autonomistes, ainsi que les violences antireligieuses.

cw2.jpg
Les élections de 1936 virent le succès du Front Populaire. Une insurection militaire éclata alors au Maroc et l'opposition nationaliste, animée notamment par le mouvement de La Phalange fondé par José A. Primo de Rivera (à ne pas confondre avec Miguel... le dictateur. En fait, il s'agit de son fils), se regroupe derrière le Général Franco(2).
cw3.jpg
Pendant trois ans (1936-1939) une guerre civile sanglante allait opposer les armées gouvernementales et les rebelles nationalistes. Ces derniers conquirent peu à peu le pays grâce à l'aide militaire de l'Allemagne et de l'Italie, limitées de l'URSS et l'appui de volontaires (Brigades Internationales).

cw4.jpg

Franco (Caudillo dès 1937) s'appuyant sur la Phalange, devenue parti unique, établit un régime autoritaire et corporatiste. L'Espagne pratiqua pendant la 2nd guerre mondiale une politique d'habile neutralité mais jusqu'en 1950, la communauté internationale la tint à l'écart...

LA DIASPORA REPUBLICAINE


 Le-perthus-exode118.jpg
 
084-copie-1.jpg
1939 @ Robert Capa     
Réfugiés espagnols conduits vers un camp entre Argelès-sur-Mer et Le Barcarès

La défaite de la république espagnole entraîna un phénomène de diaspora parmi les plus importants du XXe siècle.

Près d'un demi-million d'espagnols, craignant les représailles franquistes, franchirent la frontière pyrénéenne. L'hospitalité que les autorités françaises leur réservèrent restera comme une page sombre de ces années là.

 
 2002204278.jpg
Camps d'Argeles, 1939.

Après un bref passage dans des camps de contrôle, hommes, femmes, enfants furent dirigés vers des camps de concentration installés tout le long de la Côte Vermeille où rien n'avait été prévu pour les héberger. Ces êtres fourbus, à bout de force, qui avaient cru trouver en France un havre de paix après les souffrances qu'ils venaient d'endurer, perdirent bien vite leurs illusions.

Pour la plupart, ils vécurent dans des conditions d'une extrème précarité, sur les plages du littoral méditerrannéen, sans abri, chichement nourris, parfois traités comme des troupeaux de bêtes.

Ces temps-là, pour inhumain qu'il fut, durèrent jusque vers la fin de l'été 1939 où, peu à peu, ces camps se vidèrent : la main d'oeuvre espagnole fut embauchée pour remplacer les français que la mobilisation (septembre 1939) avait éloignés de leur foyer.

A la même époque, plusieurs dizaines de milliers d'espagnols furent admirablement acceuillis, en revanche, au Mexique (et dans d'autres pays d'Amérique latine), en URSS où ils trouvèrent à se recaser.



refugies.jpg
Mike Corrado Collection/Hulton Deutsch/Corbis
 


La diaspora républicaine dura plusieurs décennies jusqu'à la mort de Franco.




 (1) Miguel de  Primo de Rivera (1870 - 1930) :

SPrivera.JPG

Général et homme politique espagnol. Il fomenta un coup d'état en septembre 1923 avec le soutien du roi qui le renvoya ensuite en janvier 1930.


(2 ) Francisco Franco (1892- 1975) :

cw5.jpg
Général et homme politique espagnol. Après avoir participé aux capagnes du Maroc, il fut nommé Chef d'Etat Major des armées en 1935. Eloigné aux Canaries en 1936, il prit la tête du soulèvement (Maroc - 18 juillet 1936) contre le gouvernement républicain et fut nommé par la Junte de Burgos, Généralissime (29 septembre 1936). Il l'emporta dans la guerre civile (1936-1939) et devint en octobre 1939 le chef unique (Caudillo) de l'Espagne, où il instaura un gouvernement totalitaire et corporatiste appuyé sur la Pahalange, seul parti autorisé.

En 1947, il rétablit la monarchie et s'institua "procureur Régent" à vie. Neutre pendant la 2nd guerre mondiale, isolé en suite, il se rapprocha à partir de 1952 des Etats-Unis et de la France. Alors que diverses oppositions se manifestaient et étaient durement réprimées, Franco désigna en juillet 1969, le prince Juan Carlos comme son successeur à la tête de l'Etat Espagnol. Il exerca le pouvoir jusqu'à sa mort, survenue le 20 novembre 1975, après une longue agonie.





Commenter cet article

Albert BUENO 01/03/2008 11:47

Bonjour,Simplement pour vous communiquer la sortie de mon roman : La couleur du safran, un roman en hommage aux réfugiés politiques et économiques espagnols.Cordialement; Albert BUENO http://albertbueno.over-blog.com/

arlette 01/01/2008 21:41

Un très beau livre sur cette période " Les amendiers fleurissaient rouge " de Ch  Signol.

Fanyoun 02/01/2008 18:45

Merci beaucoup pour cette information. C'est mon amie Natura qui m'avait offert "L'Ombre du vent", touchant cadeau de sa part puisque sa famille a dû fuir l'Espagne suite à cette guerre civile et se réfugier en France.

Thracinee 22/10/2007 18:18

J'ai adoré un roman dont la Guerre Civile sert de toile de fond à une amitié amoureuse entre trois personnages : il s'agit du livre de Luis Anton Baulenas, Le Fil d'argent

Fanyoun 23/10/2007 09:37

J'ai noté les références de ce livre. Merci beaucoup pour l'info.