"L'Art de la sieste" de Thierry Paquot

Publié le par Fanyoun







""Laissez vous aller, allongez vous, ne résistez pas à l'appel de la sieste, à ce plongeon voluptueux dans le sommeil diurne ! Dormez, rêvez, rompez les amarres avec la rive du quotidien chronométré ! Décidez de votre temps, siestez !" Ce n'est pas un ordre, mais un conseil pour résister à la dictature du temps contraint, pour disposer enfin, selon ses désirs, de bien si précieux : le temps.
Ce court essai de Thierry Paquot est un plaidoyer pour une maîtrise de l'emploi du temps de chacun par chacun, pour la reconnaissance d'un temps pour rien, mais un rien d'une valeur inestimable : la sieste."

Editions Zulma

Mon avis :

Thierry Paquot est catégorique : "La sieste est un moment déterminant pour se recueillir, rêver, jouir et dormir".

Véritable art de vivre en Europe du Sud, en Asie et en Amérique latine, la sieste est encore mal vécue en France. Urbanisation planétaire, rythmes sociaux  et agitation extrème cadenassent notre temps libre. Ne soyez donc convaincu que ne rien faire est facile,  c'est un véritable art.

Thierry Paquot démontre dans ce livre que l'indolence n'est pas décadence et que l'assoupissement n'est pas anesthésie.  Quant au "Démon de midi, ce trouble qui imprègne certains à la mi-journée"... loin d'être un signe de paresse, ce besoin de dormir en début d'après-midi est physiologiquement entièrement dicté par notre horloge biologique.

"La sieste s'impose à vous plus qu'elle ne vous sollicite".
Cette notion suspecte peut être heureuse, contemplative, joyeuse et même contestataire. Par l'inaction et le vide, je dirai même qu'elle favorise la reconquête de soi.

Véritable plaidoyer sur le bonheur de s'assoupir après le déjeuner, argumenté par de nombreuses références artistiques (objet du prochain article) et littéraires, ce petit essai m'a convaincue.

Je concluerai par "rejoignons la cause de la sieste émancipatrice, de la réappropriation de soi, de son propre temps hors des contrôles horlogers.  Que pour un qui se lève, que dix aillent s'allonger". (François Mizio - Libération).

Que cette dernière maxime me plaît !!! Je serai, indiscutablement, parmi ceux qui iront s'allonger.

Essai à lire et à méditer.




Publié dans Essais

Commenter cet article