"L'Art de la sieste" illustrée

Publié le par Fanyoun

Extraits tirés de "L'Art de la sieste" de Thierry Paquot


"Face au poids, de plus en plus lourd à supporter, des malheurs qui l'accable, le paysan, le pauvre hère, se réfugie dans l'attente d'un monde meilleur, dans la description d'un Pays de Cocagne. Le tableau s'intitule Luilekkerland, ce qui signifie littéralement le pays des friandises, aussi n'est-il guère surprenant de voir représentés des tourtes, des gâteaux, des volailles roties, etc. A la disette qui plane toujours sur ces campagnes, le rêve répond par l'abondance et le repos, la paresse..."



Bruegel L'Ancien "Luilekkerland"



"Certains jours, en scrutant attentivement La moisson, j'entends le ronflement régulier du moissoneur, et je souris d'aise, pour lui et en hommage au confort et à la paix que m'apportent l'époque et la société dans lesquelles je vis et je sieste"


Bruegel L'Ancien "La moisson"


"Mais revenons un instant à notre musée personnel, nous en étions à Bruegel, eh bien, presque un sicèle plus tard, les peintres flamands vont aussi rendre hommage à la sieste, ou du moins c'est ce que je ressens devant certaines de leur toiles, quitte à les interprêter de manière bien partiale"



Rubens "La Kermesse"


"Le Philosophe en méditation de Rembrandt certes pense et, et pour cela s'isole dans un coin sombre de la pièce et dans cette solitude recherchée, penche la tête, ferme les yeux et part à la chasse aux idées, mais somnole-t-il ? Je le crois."


Rembrant "Le Philosophe en méditation"

"Les demoiselles des bords de Seine" de Courbet sont occupées, l'une à ne penser à rien - elle-même semble boudeuse, s'ennuie-t-elle , -, l'autre dort profondémment. Toutes les des deux sont bien distantes...


Courbet "Les demoiselles du bord de Seine"

"Ces deux lesbiennes tendrement enlacées s'unissent en un commun sommeil. Après l'amour".


Courbet "Le Sommeil"

"Comme par le trou d'une serrure, le peintre nous introduit dans un hammam. Là, des femmes nues se frôlent, conversent ; certaines s'éveillent, d'autres s'endorment. Certaines prennent la pose, d'autres s'efforcent de ne pas bailler".


Jean Auguste Dominique Ingres "Le Bain turc"

"Seurat dans une baignade, Asnières comme dans Un dimanche à la grande Jatte milite de fait pour le droit à la sieste, à une époque où me repos dominical n'est pas encore acquis pour tous. Il est vrai que l'ouvrier préférait honorer le saint-Lundi, laissant le dimanche aux bigots..."


Seurat "Une baignade à Asnières"



Je terminerai cette illustration artistique de la sieste par les trois dernières phrases de l'essai de Thierry Paquot :

"Siesteuses, siesteurs, siestez !!!"

Publié dans Arts

Commenter cet article

elleona 16/08/2008 10:57

Voilà un livre qui me tente bien ! Je vais voir sur Amazone...un peu de repos serait bienvenu mais je ne sais pas siester sous peine de nuit blanche, hélas !

Fanyoun 20/08/2008 19:59


Un essai qui va peut-être te convaincre que "siester" est, comme je l'ai dit, pas forcément ne rien faire.