"Les naufragés de l'île Tromelin" de Irène Frain

Publié le par Fanyoun





"Un minuscule bloc de corail perdu dans l'océan Indien. Cerné par les déferlantes, harcelé par les ouragans. C'est là qu'échouent, en 1791, les rescapés du naufrage de l'Utile, un navire français qui transportait une cargaison clandestine d'esclaves.
Les Blancs de l'équipage et les Noirs de la cale vont devoir cohabiter, trouver de l'eau, de la nourriture, de quoi faire un feu, survivre.
Ensemble, ils construisent un bateau pour s'enfuir.
Faute de place, on n'embarque pas les esclaves, mais on jure solennellement de revenir les chercher.
Quinze ans plus tard, on retrouvera huit survivants : sept femmes et un bébé. Que s'est-il passé sur l'île ? A quel point cette histoire a-t-elle ébranlé les consciences ? Ému et révolté par ce drame, Condorcet entreprendre son combat pour l'abolition de l'esclavage.
Après Le Nabab, Devi et Au Royaume des Femmes, Irène Frain s'est plongée dans cette extraordinaire aventure et l'a restituée dans un roman vrai d'une bouleversante humanité."

Editions Michel Lafon, Février 2009.
ISBN : 978-2-7499-0990-5
373 pages (post-face, remerciements de l'auteur et de l'éditeur compris) - 20 Euros.

Mon avis :

Les premiers chapitres m'ont laissé quelque peu dubitative, notamment celui sur la description de l'île. Cependant, j'étais dans l'ambiance et n'ai eu aucune peine à imaginer cet univers hostile, loin de tout. Les descriptions longues et trop détaillées ont généralement tendance à me lasser à moins que l'auteur réussisse à captiver mon attention. J'ai cependant persévéré et continué ma lecture et mon entêtement a été récompensé rapidement. Irène Frain a fait le pari osé d'écrire une histoire basée sur des évènements historiques peu connus en tenant compte uniquement des faits. Ce n'est pas un exercice facile, lorsque l'on écrit, de lutter contre le romanesque, de ne pas imaginer car l'imagination est, outre le talent bien sûr, le propre de l'écrivain.



Histoire au début très banale resituée dans son contexte : le naufrage d'un bateau après avoir heurté un récif corallien au XVIIIe siècle. Banale aussi pour l'époque, une cargaison clandestine d'esclaves  à bord, esclaves traités "correctement" pour ne pas gâcher leur valeur marchande. La banalité disparaît lorsque les remords et les consciences apparaissent. Avant cela, nous assistons à la cohabitation séparée des esclaves et de leurs geôliers sur une île hostile à tout point de vue. Nous assistons à leur survie : problème de l'eau et pour être très brève, nous assistons à la construction d'un bateau qui ne peut se faire sans l'aide de la communauté noire... communauté qui sera ensuite abandonnée pendant 15 longues années.

La culture bretonne d'Irène Frain se ressent au travers des lignes du roman car les descriptions des blancs sont de loin supérieures à celle des noirs, la description de leurs émotions également. Comment en serait-il autrement ? L'auteur s'en est tenu aux sources qu'elle avait à sa disposition. Les témoignages d'esclaves de l'époque ne sont pas nombreux et il existe peu d'informations sur cet évènement de l'histoire qui a même influencé Condorcet et ses travaux en faveur de l'abolition de l'esclavage (Cf également ses travaux sur Les notions fondamentales de La Laïcité).



J'ai aimé cette lecture et apprécié au fur et à mesure de l'avancement de celle-ci que l'auteur s'en tienne uniquement aux faits historiques mais là, je me répète sans aucun doute, lisez-le et vous verrez.


Merci Suzanne


Quelques informations utiles et intéressantes :

Les naufragés de l'île Tromelin, site du roman.
L'île Tromelin sur Wkipédia
Le site d'Irène Frain

Irène Frain sera présente au Salon du Livre les 12, 13 et 14 Juin à Nice. Je précise que ce salon est gratuit et écrirai un billet prochainement sur cet évènement.



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

funnounou 08/06/2009 21:50

Coucou toi !!Juste un comm pur te demander si tu as aimé et lu SLUMDOG MILLIONNAIRE...J'avoue qu je suis curieuse de savoir si tu as aimé....A++++

Fanyoun 09/06/2009 08:12


Ton roman est est en bonne position sur ma liste. Je te tiens au courant dès ma lecture achevée. Gros bisous.


calypso 06/06/2009 00:07

Un petit tag t'attend sur mon blog ;)

Fanyoun 09/06/2009 08:05


Désolée, mon blog est un peu l'abandon cette semaine : manque de temps ! Je vais voir ton blog de suite.


Marie 05/06/2009 12:26

Coucou Fanyoun !Je t'envoie ce petit message juste pour te communiquer le lien d'un article que j'ai lu dans le Nouvel Observateur, je crois qu'il s'agit de la convocation de ton amie par la police suite à son commentaire sur Nadine Morano :http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/libertes_sous_pression/20090605.OBS9371/convoques_au_poste_pour_avoir_injurie_morano_sur_intern.html

Fanyoun 05/06/2009 18:55


Merci Marie de tout coeur. Il s'agit effectivement de mon amie et comme je viens de le signaler à "Comprendre", la plainte est retirée officieusement pour le moment.


Thaïs 04/06/2009 21:03

j'ai beaucoup aimé ce livre, je n'ai pas du tout été gêné par l'écriture, je l'ai pris comme un document historique qui m'a fait rêver (le côté île déserte..)Et puis j'ai adoré aussi "la chambre des officiers". Je n'ai pas voulu regarder le film pour ne pas dénaturer le souvenir de ma lecture.Bonne soirée

Fanyoun 05/06/2009 18:56


Tu peux regarder le film sans souci, il est magnifique et tu ne seras pas déçue.


Marie 28/05/2009 12:23

Ouhh là ! Je ne sais pas quand je lirai Les naufragés de l'île Tromelin, vu la hauteur de ma PAL actuelle... Par contre, la semaine dernière, j'ai lu Le Petit Malik, roman que tu avais également chaleureusement recommandé, et j'ai beaucoup aimé. J'avais fait un petit commentaire la dessus sur mon blog.Pour le roman d'Irène Frain, il me faudra un peu de temps avant de le lire...