"Le Liseur" de Bernhard Schlink

Publié le par Fanyoun


"A quinze ans, Michaël fait par hasard la connaissance, en rentrant du lycée, d'une femme de trente-cinq ans dont il devient l'amant. Pendant ces six mois, il la rejoint chez elle tous les jours, et l'un de leurs rites consiste à ce qu'il lui fasse la lecture à haute voix. Cette Hanna reste mystérieuse et imprévisible, elle disparaît du jour au lendemain.
Sept ans plus tard, Michaël assiste , dans le cadre de ses études de droit, au procès de cinq criminelles et reconnaît Hanna parmi elles. Accablée par ses coaccusées, elle se défend mal et est condamnée à la détention à perpétuité. Mais, sans lui parler, Michaël comprend l'insoupçonnable secret qui, sans innocenter cette femme, éclaire sa destinée, et aussi cet étrange premier amour dont il ne se remettra jamais.
il la revoit une fois, bien des années plus tard. Il se met alors, pour comprendre, à écrire leur histoire, et son histoire à lui, dont il dit : "Comment pourrait-ce être un réconfort, que mon amour pour Hanna soit en quelque sorte le destin de ma génération que j'aurais moins bien su camoufler que les autres ?".

Mon avis :

C'est un roman qui se lit d'une traite mais l'ambiance est très lourde tout au long de la lecture.
Cette femme Hannah qui est butée, volontaire et parfois coléreuse, a semble-t-il une fierté quelque peu déplacée. Il apparaît que cette attitude ambivalente caractérise de nombreuses personnes de cette époque. Quelle époque, me direz-vous ? Celle de l'après-guerre mais côté allemand. Ce roman est le point de vue de la génération de l'auteur (Allemand né en 1944) vis à vis de celle impliquée dans la 2nd guerre mondiale et le nazisme en Allemagne, c'est à dire la génération de ses parents. Bernhard Schlink pose la question de la responsabilité et la culpabilité collective des allemands : de ceux qui ont été directement impliqués et de ceux qui ont laissé faire.
Hannah n'avait qu'une position "subalterne" : elle ne fait pas partie de ces grands criminels, elle n'était qu'une surveillante des camps de la mort. C'est une femme meurtrie mais malgré tout coupable.
L'auteur insiste sur le devoir de mémoire individuel et collectif. On peut cependant se poser la question : Comment juger le passé avec le regard du présent ?

Je garde volontairement le secret du secret d'Hanna pour tous ceux et celles à qui, j'espère, j'ai donné envie de lire ce roman.

:0075::0075::0075::0075::0075:

Publié dans Littérature allemande

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

floriane 12/02/2009 12:41

j'ai lu ce livre  il y a   de nombeuses années et je l'avais beaucoup apprécié également.

Fanyoun 15/02/2009 08:34


Heureuse que tu l'ais apprécié aussi


Nina 18/09/2007 18:37

C'est un très beau livre qui pose beaucoup de questions sur la responsabilité des actes qui ont été faits par des  gens qui n'ont pas la possiblité de comprendre complètement leur conséquence. Je viens de finir "le retour" le dernier livre de Schlink et je l'ai trouvé très bien aussi. 

Fanyoun 05/10/2007 13:23

Je vois que nous avons des goûts en commun. Cela me rfait fait plaisir de savoir que je ne suis pas la seule à être sensible à certaines écritures.

anjelica 02/04/2007 22:17

Je l'ai lu il y a quelques années et j'ai beaucoup aimé !

Fanyoun 03/04/2007 18:51

J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre et j'ai hâte de découvrir d'autres romans de cet auteur.

Bellesahi 22/03/2007 10:29

Oui moi aussi j'ai beaucoup aimé ce livre ! Du même auteur j'ai également lu "Amours en fuite" .

Fanyoun 22/03/2007 12:33

"Le Liseur" est le 1er livre de cet auteur que je découvre mais il m'a donné envie de lires ses autres oeuvres dont "Amours en fuite" que je ne connais pas. Merci pour le tuyau. Et hop, un de plus dans ma liste de livres à lire !

Michel 21/03/2007 21:44

Passionnante lecture !captivante d'un bout à l'autre.

Fanyoun 22/03/2007 12:32

Nous sommes donc d'accord sur ce point : C'est un livre qu'il faut avoir lu !