"Le Montespan" de Jean Teulé

Publié le par Fanyoun






Au temps du Roi-Soleil, avoir sa femme dans le lit d'un monarque était pour les nobles une source de privilèges inépuisables. Le jour où Louis XIV jeta son dévolu sur Mme de Montespan, chacun à Versailles, félicita le mari de sa bonne fortune. C'était mal connaître Louis-Henri de Pardaillan, marquis de Montespan...
Gascon fiévreux et passionnément amoureux de son épouse, Louis-Henri prit très mal la chose. Dès qu'il eut connaissance de son infortune, il orna son carrosse de cornes gigantesques et entreprit de mener une guerre impitoyable contre l'homme qui profanait une union si parfaite. Refusant les honneurs et les prébendes, indifférent aux menaces répétées, aux procès en tous genres, emprisonnements, ruine ou tentatives d'assassinat, il poursuivit de sa haine l'homme le plus puissant de la planète pour tenter de récupérer sa femme...

Collection Pocket, Mars 2009.
ISBN : 978-2-266-18674-2
303 pages



Mon avis :


Ce n'est la première critique que je fais d'un roman de Jean Teulé : Vous en trouverez celle de "Ô Verlaine", là "Le magasin des suicides" et encore et ici  "Je, François Villon".

Voici donc maintenant celle du fameux Montespan, que la plupart d'entre vous a déjà lu.

Il est de notoriété publique que Madame de Montespan est connue historiquement pour avoir été la maîtresse de Louis XIV, juste après Madame de Maintenon. Mais que connaissions-nous sur le mari ? Rien ou si peu de choses. Teulé nous fait donc le récit de cet homme sans pour autant rétablir l'équilibre : Madame de Montespan restera à tout jamais dans les annales de l'histoire. Louis-Henri de Pardaillon de Gondrin, Marquis de Montespan, est un homme amoureux mais ruiné. Sa jeune épouse, Françoise bien qu'amoureuse, tout au moins au début de leur mariage, se révèle être très ambitieuse et attirée par la fastuosité de la Cour du roi... qui finit par en faire sa maîtresse attitrée.

Le cocu amoureux mais qui ne manque pas d'humour, loin d'être flatté comme il se doit à cette époque,  n'entend  pas se laisser faire et orne son carrosse noir de superbes cornes, refuse la rente que veut lui octroyer le roi, et s'accorde même, de part ses multiples provocations, le plaisir de l'humilier et ce malgré les menaces multiples...

Le roman se lit facilement, parfois avec plaisir pour certains passages. Une chose me gêne cependant chez Teulé. Même si certaines anecdotes sont décrites avec beaucoup d'humour : Le cocu tente même de cocufier le roi avec la reine mais devant la laideur de celle-ci ne peut s'y résoudre. La Montespan est tout à son aise avec son statut de première maîtresse, accomplit quotidiennement la fellation royale à 16 h. Quant on pense que notre roi-soleil n'a pris qu'un bain dans sa vie.... Je préfère ne pas m'étendre sur le sujet. Je précise toutefois que ceci fait partie de la "petite histoire", tout bon historien a dû faire  des bonds en lisant "Le Meontespan" (je parle des bains bien sûr... ), même s'il est vrai que l'hygiène était quasi-inexistente, l'eau était soi disant porteuse de maladie et qu'une bonne couche de crasse "protégeait".

L'auteur s'est certainement fort bien documenté sur les moeurs et coutumes de cette époque  et nous le décrit avec détails : Peu voire quasiment pas d'hygiène, Versailles, guerres diverses.  Il varie le style entre expressions de l'époque et expressions actuelles.

Mais à mon sens, Teulé s'est largement laissé emporter par la facilité : l'humour bien entendu comme dans chacun de ses romans est à l'honneur, mais de manière vulgaire, certaines descriptions. sont purement et simplement inutiles. Il confond à mon sens truculence et vulgarité. Dommage.



Publié dans Romans historiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Liza 01/09/2009 00:34

d'accord je vais aller lire ta critique tout de suite :)En ce moment je lis " la fenêtre panoramique" de Richard Yates, qui a été adapté au cinéma, mais pour l'instant je n'accroche pas trop, je verrais bien par la suite.

Fanyoun 11/10/2009 09:21


Je ne l'ai pas lu et jamais lu de Richard Yates d'ailleurs !


Liza 30/08/2009 21:09

Pour l'instant, de Jean Teulé, j'ai juste lu " le magasin des suicides", j'avais bien aimé, je pense testé un de ses autres bouquins ! Lequel as-tu préférée ?

Fanyoun 31/08/2009 20:48


J'ai pour ma part préféré Ô Verlaine (tu peux lire ma critique dans littérature française). Quel est ton prochain choix de lecture ?


Cécile de Quoide9 12/08/2009 21:18

Ce livre m'est tombé des mains au moment où Athénaïs commence à fondre pour Louis... C'est hyper mal écrit, lent et tellement scolaire qu'on a l'impression que Teulé avait fait une liste de mots et de références d'époque à caser absolument et qu'il les biffe au fur et à mesure...

Fanyoun 22/08/2009 08:39


Complètement d'accord avec toi.


lectiole 31/07/2009 20:20

Bonsoir,je viens de chroniquer ce roman sur mon blog et je vais lire ici et là ce qu'on en pense sur la blogosphère. Je vois que sur ce blog sont aussi chroniqués les autres romans de Jean Teulé, que je n'ai pas lus, et je vais m'empresser d'aller lire ces billets ! ^^

lectiole 31/07/2009 20:18

Bonsoir,

je viens de chroniquer ce roman sur mon blog et je vais lire ici et là ce qu'on en pense sur la blogosphère. Je vois que sur ce blog sont aussi chroniqués les autres romans de Jean Teulé, que je n'ai pas lus, et je vais m'empresser d'aller lire ces billets ! ^^

Fanyoun 12/08/2009 11:54


Ton avis m'intéresse et je vais aller voir ce que tu en penses. Merci pour la visite.