"La petite fille de Monsieur Linh" de Philippe Claudel

Publié le par Fanyoun



"C'est un vieil homme debout à l'arrière d'un bâteau. Il serre dans ses bras une valise légère et un nouveau-né, plus léger encore que la valise. Le vieil se nomme Monsieur Linh. Il est seul désormais à savoir qu'il s'appelle ainsi. Debout à la poupe du bateau, il voit s'éloigner son pays, celui de ses ancêtres et de ses morts, tandis que dans ses bras l'enfant dort.
Le pays s'éloigne, devient infiniment petit, et Monsieur Linh le regarde disparaître à l'horizon, pendant des heures, malgré le vent qui souffle et le chahute comme une marionnette".

Mon avis :

L'histoire que nous conte Philippe Claudel pourrait être celle de n'importe quel émigrant, obligé de quitter sa patrie et de s'expatrier en pays inconnu. Le thème de l'exil est donc abordé : nous sommes introduits dans un foyer d'hébergement, une dortoir avec d'autres réfugiés. Nous assistons au désemparement d'un homme âge devant une culture et une langue qu'il ne comprend pas, nous assistons à l'emprisonnement au sens figuré de cet homme ; emprisonnement lent mais certain, involontaire... Il y a ce bébé de deux mois, cette petite fille tenue avec force au creux des bras de son grand-père qui la nourrit, l'habille, la protège. Il y a une histoire d'amitié qui va au-delà des mots qu'ils ne peuvent s'échanger, une amitié  basée sur une incompréhension verbale mais ô combien riche de complicité et de profondeur.

Cette histoire se lit tranquillement, avec fluidité. Les mots coulent comme une poésie. Les personnages dépeints de manière minimaliste, bien construits...
C'est un beau roman qui mérite d'être lu.

Malheureusement, mon imagination ne m'a pas trompée et la fin ne m'a pas surprise outre mesure, dommage. "La petite fille de Monsieur Linh"  ne fera pas parti de mes coups de coeur cette année. Très touchée mais il m'a manqué ce petit quelque chose qui fait qu'un roman nous reste en mémoire et que l'on souhaite en caresser encore les mots.

Commenter cet article

Midola 02/03/2009 21:14

Je l'ai moi aussi lu il y a très peu de temps. Mais je n'ai presque rien vu venir, en tout cas pas la scène finale.  Ce roman m'a vraiment beaucoup touché. Mais je trouve ça rassurant que tout le monde n'aime pas, j'ai tellement peur du formatage des goûts

Fanyoun 02/03/2009 21:38


Je suis d'accord avec toi. Les avis divergents me plaisent aussi, cela anime les débats. Ceci dit, je n'ai pas détesté mais pas craqué non plus


KATTYLOU 23/02/2009 13:46

Bien sur on devine la fin pour moi cela reste cependant un de mes coups de coeur de ce début d'année

Fanyoun 26/02/2009 19:53


Je comprends. Je ne dis pas que ce roman est mauvais, loin de là, je l'ai aimé mais d'autres lectures m'ont beaucoup parues plus touchantes émotionnellement parlant cette année.


Naemia 15/02/2009 18:59

Voilà une coïncidence puisque j'ai également lu ce livre il y a très peu de temps. Il est très touchant mais c'est vrai qu'il manque le petit truc qui fait que l'on s'en souviendra longtemps. A propos de la fin, j'avais aussi des doutes "Ah je suis sûre que l'on va découvrir que..." eh bien ça n'a pas loupé ! :p

Fanyoun 15/02/2009 19:29


Donc, nous sommes d'accord Ouf ! J'avais l'impression d'être une extra-terrestre même si je comprends parfaitement les
émotions que sa lecture suscite.


BelleSahi 15/02/2009 16:28

Claudel, est un auteur que j'aime beaucoup.

Fanyoun 15/02/2009 19:28


La lecture des "Ames grises" forgera plus mon opinion, du moins je le pense.


Micki 14/02/2009 22:07

coucou,j'ai lu Les âmes grises e j'ai eu du mal à aller au bout, trop commpliqué pour moi...Le facteur est passé !!! Merci, mais tu ne perds rien pour attendre !! en revanche plus kitsch, je ne suis pas sure de trouver !! Bises

Fanyoun 15/02/2009 08:38


Je te dirais ce que je pense de "Les âmes grises" une fois lu
Quant au reste, choisi avec minutie rien pour toi... C'est effectivement le plus "Kitsch" qui existe sur Nice, je crois !!! J'ai envoyé le paquet du bureau et ma collège était morte de rire.