"Les deux visages de Janus" de André et Michèle Bonnery

Publié le par Fanyoun






"Rome, été 680. L'ancienne capitale de l'Empire n'est plus qu'une modeste cité de quelques dizaines de milliers d'habitants, vivant dans les ruines de ce qui faut la plus puissante agglomération de la terre. Partagée entre la  nostalgie d'une monde disparu et les espérances d'un autre, encore à construire, la ville abrite une population de Latins, Juifs Orientaux qui ont fui leur province d'origine envahie par les arabes, de même qu'une foule de pèlerins de toutes nationalités attirés par les tombes des apôtres Pierre et Paul ou par celles des nombreux martyrs des persécutions des premiers siècles.
Lorsque commence le récit, Rome est secouée par une série de faits étranges qui troublent l'ordre public : crimes, morts mystérieuses, disparitions inexpliquées, vols, profanations... Les hommes du dux romae, représentant de l'empereur qui résident à Constantinople, prennent conscience de la menace, sans mesurer réellement la gravité du danger. Clercs et administrateurs, chacun de leur côté, cherchent un moyen de mettre un terme au drame qui se joue.
Sur fond d'Antiquité tardive,  le lecteur démêle les fils de l'intrigue qui se trame dans ce monde en plein bouleversement politique, traversé par d'âpres querelles théologiques. Il découvre les traditions romaines de cette période mal connue, où les pouvoirs civils et religieux,, encore mal définis, s'affrontent, où la rigueur côtoie le rêve.
¨Pourtant si les événements qui perturbent Rome en cette fin du VIIe siècle s'inscrivent parfaitement dans la mentalité de l'époque, leurs causes profondes peuvent trouver un écho dans nos sociétés contemporaines."

Actes Sud ditions, 2008.
ISBN : 978-2-7427-7823-2

444 pages

22,80 Euros



Mon avis :

Lorsque l'équipe de Blog-o-Book m'a proposé la lecture de ce roman, je me suis empressée de répondre positivement. Les romans historiques m'ont toujours particulièrement attiré même si je connais peu cette période historique à part de vagues connaissances acquises deci delà dont je me rappelais. C'est donc en terrain quasi inconnu que je me suis aventurée dans cette lecture.

Quand mon fils aîné est entré en 6ème, sa professeur de français avait demandé à sa classe de lire "L'affaire Caïus" de Winterfield que j'ai moi-même lu de suite évidemment. Ce roman ne pouvait que plaire aux enfants, mêlant ainsi intrigue policière et  introduction à l'histoire de la Rome Antique. Un classique jeunesse idéal pour mon fils qui fait LV Bis (anglais et italien) depuis la sixième, a pris l'option latin en 5ème et cette année en 3ème va s'aventurer dans les méandres du grec ancien... Emploi du temps chargé mais c'est son choix pour, objectivement et au vu du baobab qu'il a dans la main, surtout rester avec ses amis avec qui il partage sa scolarité depuis la maternelle. Mais je m'égare et vous devez vous demander pour quelles raisons je vous parle de "L'affaire Caïus" ? La réponse est simple : en tournant les pages avec avidité et une fois la dernière parcourue (avec regret, j'en voulais encore !), j'ai eu l'impression d'être moi-aussi en 6ème et j'ai adoré cette sensation.

Je vais maintenant en venir au roman. Les deux visages de Janus m'a emporté et l'intrigue policière est remarquablement bien menée. Les disparitions troublantes, quelques morts, profanations de lieux de culte font l'objet d'une enquête mais il ne s'agit pas là d'une enquête menée par un seul et unique homme. Plusieurs personnages, car il n'y a pas à vrai dire pas de personnage principal et d'enquêteur "officiel" si j'ose dire, questionnent et s'interrogent non seulement sur les faits et évènements particuliers qui frappent Rome. Cette Rome qui a perdu de sa splendeur et de sa gloire ancienne, cette Rome qui est en pleine reconstruction sous le signe de la chrétienté, Rome devenue lieu de pèlerinage. Le roman contient une mine d'informations pour les profanes quant à cette période sans pour autant lasser, ni tomber dans le piège du trop "intellectuellement correct". Le style est fluide, l'écriture érudite nous emporte fébrilement car même si, à mon sens, l'intrigue policière n'est pas le plus important, les questions que le roman soulèvent le sont beaucoup plus et nous ramènent à l'interrogation éternelle sur la religion, les allégories et le symbolisme.

Je suis bien évidemment tombée dans le piège du "Je vais me documenter sur cette période", j'ai donc mis mon nez dans plusieurs encyclopédies, j'ai farfouillé sur le net, je suis allée en librairie pour chercher des livres spécialisés sur cette époque... Et bien évidement, je me suis demandée mais pourquoi Janus, pourquoi ce titre et j'ai laissé les auteurs m'apporter les réponses avec patience et passion. 

Mes lectures de cet été ont été quasiment centrées sur des polars, "Les deux visages de Janus" est un véritable coup de coeur, d'où mon sentiment d'être une môme en train de découvrir un autre monde, un univers historique qui mériterait qu'on s'y arrête un peu plus et André et Michèle Bonnery l'ont fait, merci à eux.

Que vous dire d'autre ? De vous précipiter chez votre libraire ou à la bibliothèque ?
Je vais simplement vous dire de ne pas passer à côté de ce bijou littéraire, lisez-le !

Pour infos, j'ai préparé un article sur Janus "Celui qui sait" qui paraîtra sous peu.


Je remercie tout l'équipe de Blog-O-Book de m'avoir offert la possibilité de découvrir cet excellent roman mais également les deux auteurs très érudits et talentueux.





Publié dans Romans historiques

Commenter cet article

Marie 17/09/2009 13:52

Ton billet m'a convaincue, j'ajoute ce livre dans ma LAL...Bonne journée Fanyoun !

Fanyoun 11/10/2009 09:44


Fonce ! Il est EXCELLENT !